Inauguration du chai d’Olivier Horiot aux Riceys : Une très belle dégustation pour fêter l’événement

Olivier Horiot, talentueux vigneron des Riceys, dans l’Aube, a entièrement restauré une vieille grange pour installer son nouveau chai. C’est du bel ouvrage, comme les vins qui en sortent !
Pour fêter dignement cet événement, quelques amis vignerons avaient fait le déplacement pour faire déguster leurs vins au côté de ceux d’Olivier.
Pierre-Marie Luneau du Muscadet, Nicolas Grosbois de Chinon, François Crochet de Sancerre, Stéphane Ogier de Côte Rôtie, Julien Mus de Châteauneuf nous ont présenté leur dernier millésime. Voici quelques impressions sur les vins dégustés :
  • Les muscadets de Pierre-Marie se situent dans le haut du panier de la production des Muscadet. Les vins sont richement constitués et bien élevés. Un supplément de minéralité et de fraicheur les portera au sommet. A signaler les très belles cuvées Terre de Pierre, Excelsior et Pueri Solis, sans oublier la finesse de la cuvée L d’Or.
  • Les chinons de Nicolas se distinguent par un fruité généreux et une matière velouté, bref un style moderne et sans lourdeur. Le travail à la vigne commence à payer et les vins gagnent en fraîcheur. J’aime le fruité assez pur des vins du domaine Grosbois. Le temps et le travail de Nicolas leur apporteront la finesse.
  • François Crochet s’est fait connaître grâce à la qualité de ses rouges. Les 2012 sont superbes, au fruité intense avec de magnifiques équilibres. Les blancs sont cristallins, droits et tendres. Les 3 cuvées parcellaires sont d’une grande justesse d’expression. François fait incontestablement partie des références de l’appellation.
  • J’ai pu goûter l’ensemble des vins du domaine Stéphane Ogier à l’exception des cuvées parcellaires. Du côtes du Rhône au Côte Rôtie, les rouges sont précis, fins, concentrés et frais. La cuvée l’Âme sœur issue du terroir de Seyssuel propose une matière croquante et fraîche sur un fruité pur. Stéphane fait partie du club des grands vignerons de la vallée du Rhône septentrionale.
  • Le Châteauneuf du Pape de Julien Mus est constitué d’une importante proportion de mourvèdre ce qui lui donne un style particulier. Le mourvèdre apporte non seulement ses arômes de cuir et d’épices mais aussi de la fraîcheur. Voilà un Châteauneuf très réussi, assez fin, en particulier le 2008 que Julien a admirablement réussi. Le côtes du Rhône n’est pas en reste ni le très prometteur Châteauneuf blanc présenté un vin de table car Julien considère que les vignes sont encore trop jeunes pour prétendre à l’appellation Châteauneuf du Pape.
  • Enfin terminons par note hôte, Olivier Horiot. Sa production est confidentielle car la majeure partie des raisins du domaine est encore livrée à la coopérative des Riceys dont Serge, le père d’Olivier, fut le président et fondateur. Les vins tranquilles (rosés des Riceys, Riceys blanc et rouge) sont de grande intensité et de bonne garde, quant aux champagnes, ils sont puissants, vineux et taillés pour la gastronomie. Tous les vins de fiers porte-étendards du terroir des Riceys.